Les Affluents





LA DORDOGNE

Dans le département du Pas de Calais (62) il y a une petite rivière, avant dernier affluent en rive droite de la Canche, d'une longueur de 9,930 km notre petite Dordogne traverse 4 communes : Cormont où elle prend sa source, puis passe à Longvilliers, Maresville, Brexent-Enocq où elle rejoint la Canche.

La majorité de ses affluents ( la Ternoise, la Planquette, la Créquoise, le Bras de Bronne, la course, la Dordogne se situent en rive droite.ces rivières offrent une diversité d'habitats propices à la reproduction et au développement des poissons migrateurs. Elles sont encore fréquentées par le saumon et abritent également la truite de mer, l'anguille, la lamproie fluviatile et la lamproie marine. La Canche est classée " cours d'eau à migrateurs"', depuis 1986 ; ses affluents le sont depuis 1997.
Le bassin versant de la Canche présente de nombreux obstacles à l'écoulement de la migration piscicole. 151 ouvrages ont été recensés et 77 sont infranchissables par les poissons migrateurs. Il s'agit de seuils d'anciens moulins à farine, de seuils agricoles ou encore de vannages. Outre leurs effets de blocage de la migration piscicole, ces obstacles contribuent à la dégradation des habitants aquatiques. Des mesure sont prises pour pallier à ces obstacles et restaurer la rivière.


LA COURSE 


Elle prend sa source au niveau du hameau de Course, sur la commune de Doudeauville, à l'altitude 124 mètres, arrose, entre autres communes, Parenty et Estrée et se jette dans la Canche entre Attin et la Madelaine-sous-Montreuil à l'altitude de 5 m après un parcours de 24,3 kilomètres. Elle coule du nord-est vers le sud-ouest, en gros entre les deux villes de Desvres et Montreuil et traverse les lacs d'Amour sur la commune de Beussent.

Dans le seul département du Pas-de-Calais (62), la Course traverse quinze communes et quatre cantons :
Soit en termes de cantons, la Course prend source dans le canton de Samer, traverse le canton de Hucqueliers, le canton d'Étaples et conflue sur le canton de Montreuil.


BRAS DE BROSNE

Le confluent se trouve à Marles-sur-Canche. Sa source principale est à Étreuille, hameau de Saint-Michel-sous-Bois. En hiver, la rivière est souvent alimentée par une source saisonnière à Quilen. La longueur de son cours d'eau est de 11 km.



Le Bras de Brosne traverse 1 département, 7 communes et 2 cantons :
Soit en termes de cantons, le Bras de Bronne prend sa source dans le canton de Hucqueliers et conflue dans le canton de Campagne-lès-Hesdin.

LA CRÉQUOISE

D'une longueur de 14,8 kilomètres, elle prend sa source à Créquy à 1 km au sud du mont de Marne (173 m) à 101 mètres d'altitude; et elle conflue au nord de Beaurainville, près du lieu-dit la Bleuence, à une altitude de 14 mètres.

Dans le seul département du Pas-de-Calais, la Créquoise traverse huit communes et deux cantons :
Soit en termes de cantons, la Créquoise prend source dans le canton de Fruges, et conflue sur le canton de Campagne-lès-Hesdin.

La Créquoise a deux affluents référencés :
  • l'Embrienne, 6,2 km, affluent droit qui conflue à Hesmond. Celle-ci traverse quatre communes, et deux cantons :
Elle prend source à Rimboval, traverse Embry, et Boubers-lès-Hesmond pour confluer à Hesmond. Soit en termes de canton, l'Embrienne prend aussi source dans la canton de Fruges pour confluer dans le canton de Campagne-lès-Hesdin.
  • le fossé du Courval, 3 km, sur la rive gauche, prenant source au sud de Lebiez et au nord du bois de Fressin et confluent sur Offin avec le fossé du bois de Torcy.
Selon Géoportail, il faut aussi mentionner le petit affluent, le fond Choquette en rive droite juste après la confluence avec l'Embrienne.

LA TERNOISE

La Ternoise prend sa source à Saint Michel sur Ternoise au lieu-dit "Catherinette", passe à Saint Pol sur Ternoise et se jette dans la Canche à Huby-Saint-Leu, localité très proche de la ville d' Hesdin.



La Ternoise traverse les communes suivantes, toutes situées dans le département du Pas-de-Calais (d'amont en aval) :
La Ternoise est une rivière très régulière, à l'instar de ses voisines du Pas-de-Calais et de la Somme. Son débit a été observé durant une période de 44 ans (1964-2007), à Hesdin, localité du département du Pas-de-Calais située au niveau de son confluent avec la Canche. Le surface ainsi étudiée est de 342 km², c'est-à-dire la quasi totalité du bassin versant de la rivière.
Le débit moyen interannuel ou module de la rivière à Hesdin est de 4,45 m³ par seconde.
La Ternoise présente des fluctuations saisonnières de débit très peu marquées, tout comme la Canche ou la Somme, ses voisines. Les hautes eaux se déroulent en fin d'hiver et au printemps, et se caractérisent par des débits mensuels moyens compris dans une fourchette située entre 4,94 et 5,36 m³ par seconde, de janvier à mai inclus, avec un maximum peu net en février (5,23 m³) et en mars (5,36 m³ par seconde). À partir du mois de juin, le débit baisse très doucement jusqu'aux basses eaux qui ont lieu d'août à octobre inclus, entraînant une baisse légère du débit mensuel moyen allant jusqu'au plancher de 3,44 m³ au mois de septembre.
Aux étiages, le VCN3 peut chuter jusque 2,3 m³ par seconde, en cas de période quinquennale sèche, ce qui reste très consistant. Ce fait est fréquent parmi les cours d'eau de la région comme la Somme, l'Authie, le Thérain, les eaux des pluies s'infiltrant presque intégralement en sous-sol, avant d'être restituées aux cours d'eau, par sources et suintements, et sont donc retenues longtemps avant de s'écouler.
Quant aux crues, elles sont généralement assez peu importantes, mais nullement absentes. Les QIX 2 et QIX 5 valent respectivement 11 et 15 m³ par seconde. Le QIX 10 ou débit calculé de crue décennale est de 17 m³ par seconde, le QIX 20 vaut 20 m³, tandis que le QIX 50 se monte à 23 m³ par seconde (voir note ).
Le débit instantané maximal enregistré à Hesdin a été de 28,8 m³ par seconde le 4 juillet 2005, tandis que la valeur journalière maximale était de 23,5 m³ par seconde le même jour. Si l'on compare la première de ces valeurs à l'échelle des QIX de la rivière, on constate que cette crue de juillet 2001 était largement supérieure à la crue cinquantennale définie par le QIX 50, et donc très exceptionnelle.
La Ternoise est une rivière fort abondante. La lame d'eau écoulée dans son bassin versant est de 411 millimètres annuellement, ce qui est nettement supérieur à la moyenne d'ensemble de la France, tous bassins confondus. Le débit spécifique (ou Qsp) atteint le chiffre élevé de 13,0 litres par seconde et par kilomètre carré de bassin.

LA PLANQUETTE

La Planquette s’appelait autrefois « la chevrette ». Elle prend sa source à Planques et se jette dans la Canche à douze kilomètres de là, à l’est de Maresquel Ecquemicourt.
Elle est plus modeste, c’est là que réside tout son charme. La rivière hésite entre le souvenir des puissants sires de Créquy et celui des héros de Bernanos. Il faut la suivre, lui prêter attention, savoir s’arrêter pour cheminer avec elle sur ses berges entre Planques, Fressin, Wambercourt ou Cavron Saint Martin. Dans la vallée, vous remarquerez que chaque maison construite au-delà de la rivière possède son petit pont ; et c’est une succession de pontons et de passerelles entre les haies, les bouquets d’arbres et les jardins potagers… à l’époque, on la traversait sur des planches, ce qui a décidé de son nom actuel.



Débit moyen mensuel de la Canche (en m³/s) mesuré à la station hydrologique de Brimeux
Données calculées sur 47 ans
Source Wikipédia



La Canche à Montreuil-sur-Mer.                
La Canche à Montreuil-sur-Mer.

La Canche au pied des remparts de Montreuil-sur-Mer.
La Canche à Montreuil-sur-Mer en été.
La Canche à Frévent au moulin Blondel.